OPEN LETTER TO THE WORLD LEADERS AT COP21

Dear President Obama, President Hollande, President of COP21 Fabius, Chancellor Merkel, Prime Minister Modi

Dear Heads of State, Ministers, Delegates, Representatives of NGOs

50’000 People, including you, are expected to participate in discussions at the COP21 in Paris to come up with “solutions” for the Environment. We sincerely all hope this will be a defining moment for our Planet.

As you and all have realized for a long time, many questions are constantly coming back when the word Environment is mentioned. “Can free enterprise make money while not creating damage to the Environment?”.

“Can countries – including emerging countries – develop their economies without also damaging the Environment?”.

Finally, “can People live and consume while reducing and possibly suppressing pollution, but still keep or grow their lifestyle?”.

In short “can we keep and live in a free enterprise driven society while being environmentally responsible?”.

As one of you famously said: “YES, WE CAN !”…

It is obvious to all of you and to all of us that the sole and only solution rests on technological innovation.

Within a very “minute” part of this issue affecting the whole world, our company has been successful at creating a sustainable tech-driven initiative in a specific business.
In short, our company manufactures and sells fully biodegradable espresso capsules (pods) which fit in the most widely used espresso preparation system for homes and offices.

We know that this example may seem “mundane”. However, as you all know, efficiently tackling the environmental challenge is not about taking one single measure but, more so, it is about the multiplication of efforts and successes in the widest areas encompassing our free economies.

However, our company’s specific example seems worth to spend a bit of time on it; because it is both duplicable and also, at the end of the day, not so difficult to realize and to implement on a much wider basis.

The example is extremely simple, hence worth reading. Our main competitor is using aluminum. We all know the huge negative impact related to mining, refining, and recycling (for the minor part that is effectively recycled).

On our side, our company, Ethical Coffee Company, has decided to go all the way into something which common wisdom said to be impossible and we succeeded. Again, it may sound quite mundane, but the underlining efforts and success in itself show that this success can be of major importance, if and when applied to many more industry sectors.

Against common technical wisdom, we succeeded in developing a fully biodegradable and fully bio-sourced espresso capsule. The world largest market capitalizations in this sector, such as Nestlé or Kraft, decided on their own that this was impossible and, consequently, did not succeed.

The technical challenge is not so big, but not so small. It is about developing a product that can withstand a high water pressure at high water temperature.
Again, this may sound terribly “mundane”, but as you all know, one of the major environmental issues our Planet is facing is the over-abundance of plastic or aluminum waste, on top of the generation of CO2 rendered necessary when using those types of material.

To illustrate the importance of this issue, over and above the known issues of the four “Continents of Plastic” circling our Oceans, let us take an example: if we account for aluminum made coffee capsules every year that goes by sees a quantity around the equivalent of 100 times or more of what would be needed to build the Statue of Liberty in New York.

Taking a step back, it is obvious to all of us that creating such an amount of pollution, just for “stupid” coffee capsules, is just something the World will have to do without.
Particularly, if those coffee capsules can simply be replaced by biodegradable and bio-sourced capsules rendering exactly the same type of service to the Consumer.
The point here is not coffee capsules, per say. It is about replacing polluting material by non-polluting material capable of rendering the very same service polluting material does render to the Consumer today.

I guess you will all agree that this is so simple that one can only wonder why it has not become the rule instead of remaining the exception.

To address this, we unfortunately have to address a few of the real issues which render the above “simple” example a real “political feat” to achieve.

In order to allow for non-polluting technologies to replace polluting technologies, one major subject has to be addressed.

“Dirty” energy is way too cheap.
It is obvious that this is one of the major subjects already written in your agenda.
It is a fact of life that the vast majority of industrial pollution is generated by old, established major Industries. It is also a fact of life that established industries are economically very powerful and have, over time, established a very strong lobbying network.

The top Management in charge of running those industries has, because of the various established remuneration systems, no real tangible incentives to do a real effort in order to change those industries into less or non-polluting industries. This would right away negatively affect their bonuses, stock option plans and other kinds of remuneration.

Consequently, the Governance of those industries is incentivized to fight against competition which, because of its non-polluting advantage, can be real threats to them and to their lifestyles. Here, it seems that clearly, newer, more modern regulations are needed. As mentioned, those industries have no incentive whatsoever to reduce their polluting emissions by themselves.

In short, there is a very pernicious, but much avoided subject. It is about creating the proper framework for businesses, such as what is described above to flourish and expand.

In our case, the major roadblock to our success was not technology per say. I will be direct, it was about a disproportionate amount of various “war dirty tricks” that the dominant actor in this field – Nestlé, the world largest market capitalization in the Food & Beverage sector – did put across our way.

It took our company around four years to overcome the various “very dirty tricks” Nestlé had used as landmines to try to simply kill our company.

We finally somehow won in front of the French Antitrust Authorities (ADLC).
The Ruling that came out, even though allowing our company to survive and restart expansion, is still a Ruling which clearly does not apply the appropriate “tough” conditions. In short, Nestlé got out in a very “easy and comfortable way”. On our side, we had to adapt. The only positive part of the Ruling is that Nestlé is slowed down in its capacity to lay landmines around. In short, a major issue to be addressed is clearly the power of industry’s lobbies.

Yes, it is a challenge. Established industry employs people. This is clear. However, when such lobbies can get to the point of almost succeeding in killing a non-polluting innovation, the game becomes “stupid” for our economies. Taking into account the creation of new employment in a market that would really be open to fair competition and not bending to the pressure of lobbies, employment can be developed further while not generating pollution.

I am not here to get you to shed a tear on us. The right direction is to allow our free economies to develop, this in a less and less polluting manner.

We all talk about energy sources. It is clearly a key point of the whole game.
However, only addressing this point will not do everything. A much tighter monitoring of Anti-competitive activities by market incumbents, is mandatory.
You all know that money-making established industries talk about pollution, but do not act on it, and even go against it when we look at the huge spending means they use on trying to choke competition.

Replacing polluting material by biodegradable material is the only way to go in the Fast Moving Consumer Goods sector, itself a major polluter because of the way packaging is currently handled.

Therefore, to prove that clean businesses can also create jobs, we have decided to offer each one of you the job of “Marketing Ambassador” in our Company. We know you are all qualified to work with us thanks to your understanding of these issues.

Certain that you all want to change, among other subjects, this one too, we do hope and are certain that you will show the way in this very symbolic manner by becoming Ambassadors of our Company. Our Company is small, mostly for the Anti-competitive weapons deployed by our major competitor, but its future is bright and clean.

We are hereby asking you, dear Presidents and Heads of State, to show to the World your commitment to Environment by joining us as and individually prove to everyone that IT IS POSSIBLE TO COMBINE ECONOMY AND ECOLOGY.

If the environment concerns everyone, that means everyone should be able to participate in any project or activity that could help us go in the right direction. Therefore, we are also offering this position to anyone who wants to dedicate him/herself to pushing for a cleaner environment.

Here is the link to our website where you will be able to register as a future Marketing Ambassador: www.ethicalcoffeecompany.com

By doing this, you will be part of the transformation of “talk into action”.

We do believe that you, who are in charge of our future, will get on board with this symbolic gesture.

What we hope for is that, in the future, polluting materials are eliminated, both through taxation and – most importantly – through the creation of a Collective Conscience about Our responsibility towards the current and future generations.
We hope that this first gesture, which is both concrete and bringing a clear and immediate effect, will be met with real action. Hence, being the first step in a free economy context of what should be our World in the future.

We are looking forward to welcoming you in our Company and getting your inputs on how to create a better future for all of us.

Let’s sign our contract over “CO2-neutral” coffee…

Jean-Paul Gaillard
Chairman and CEO
Ethical Coffee Company

Posted in Non class | Leave a comment

Communiqué de presse, Fribourg, 19 Janvier 2015

Ethical Coffee Company SA vient de saisir le Tribunal de Grande Instance de Paris dans le cadre d’une plainte contre le Groupe Nestlé/Nespresso d’un montant de 150 millions d’Euro pour le préjudice subi depuis 2010.

(Ou, jusqu’où peuvent aller les conséquences «d’oser fabriquer une capsule supérieure aux capsules de Nestlé/Nespresso »…).

Résumé
Suite aux différentes affaires dont les Médias se sont fait l’écho, notamment en ce qui concerne la violation par Nestlé/Nespresso d’un brevet appartenant à Ethical Coffee Company SA, cette dernière a introduit ce jour une demande en contrefaçon de brevets et en dommages et intérêts contre le Groupe Nestlé. Le préjudice subi est évalué à un montant minimal de150 millions Euro.

En effet, la société Nespresso, filiale du Groupe Nestlé, a introduit un mécanisme de harpons dans ses machines ayantempêché, dès 2010, le bon fonctionnement des capsules Ethical Coffee Company (vendues également sous la marque Casino, Monoprix, Franprix et Leader Price), en violation du brevet concerné portant lenuméro EP 2 312 978 B1.
Il est à noter que la saisie du TGI concerne uniquement la violation du brevet appartenant à Ethical Coffee Company par le Groupe Nestlé sur le territoire français.

D’autres actions similaires seront ouvertes dans les différents pays dans lesquels la même violation de brevet a eu lieu. Par ailleurs, des actions dans d’autres domaines que les brevets sont prévues.

Aujourd’hui, Ethical Coffee Company a mis en place des solutions techniques qui à maintiennent tant l’avantage gustatifque la compatibilité totale des capsules avec toutes les machines Nespresso.

*****

Pourquoi cette initiative de la part de Ethical Coffee Company ?
En mai 2010, Ethical Coffee Company SA a mis sur le marché, d’une manière parfaitement légale, une gamme de capsules de café compatible avec les machines Nespresso.

A peu près à la même période, la société Sara Lee, a fait de même avec sa marque l’Or.

il s’agit là d’une approche tout à fait classique dans le cadre du bon fonctionnement de l’Economie et des Droits des Consommateurs.

A partir du moment où un produit dit « consommable » est utilisé, et ce quel que soit le marché, s, de vastes économies deviennent possibles.

Le marché des cartouches d’encre pour imprimante en est une parfaite illustration.

Les Administrations Gouvernementales elles-mêmes sont encouragées à se fournir en produits dits « compatibles » afin de réduire leurs coûts de fonctionnement.

*****

Pourquoi Nestlé/Nespresso prend-elle le risque de contrefaire, en connaissance de cause, un brevet ne leur appartenant pas ?
Il faut savoir que depuis 2010, soit depuis l’introduction des capsules de Sara Lee et de Ethical Coffee Company, le marché s’est progressivement ouvert. Aujourd’hui, il existe dans le monde plus d’une cinquantaine de fabricants de capsules compatibles avec les machines Nespresso.

*****

Là où le bât blesse
Les capsules fabriquées par Ethical Coffee Company occupe une place particulière tant par la qualité de l’espresso qu’elles produisent que par leur valeur ajoutée écologique.

De nombreux Instituts spécialisés, et surtout les consommateurs et les Associations qui les représentent jugent les capsules Ethical Coffee Company comme étant égales ou supérieures en qualité par rapport à la référence actuelle qu’est la capsule Nespresso.

En outre, les capsules de café Ethical Coffee Company sont biodégradables. Elles sont neutres pour l’Environnement alors même que notre société mesure chaque jour davantage le défi que représentent le réchauffement climatique et la gestion des déchets. Par contraste, le modèle de Nestlé/Nespressest toujours basé sur des capsules en aluminium alors mêle qu’Il est avéré que l’aluminium est un matériau polluant dont le recyclagene pourra jamais vraiment fonctionner. Aucun effort de communication et de « greenwashing » ne pourra masquer cette évidence.

*****

Conclusion
Cette affaire appelle deux réflexions. La première tient du respect de la loi. Il est simplement interdit d’utiliser les brevets d’une autre entité sans autorisation. Nestlé n’a jamais demandé d’autorisation pour utiliser ces brevets, tout en s’arrogeant le droit de les utiliser.

Nul ne peut utiliser la propriété d’autrui sans permission, sans enfreindre la Loi. C’est une affaire de droit et de bon sens.

Concernant les brevets, il faut savoir qu’en donnant une protection de 20 ans, le brevet permet à l’initiateur d’une idée de prendre les risques liés à la réalisation de l’idée. Le brevet permet ensuite de récupérer l’investissement fait pour réaliser l’innovation brevetée.

Le concept même de brevet permet d’encourager l’innovation dans tous les domaines… du café à la recherche pharmaceutique par exemple. A la fin de la vie du brevet, toute personne appelée « Homme de l’Art » pourra réaliser le produit dont le brevet vient d’arriver à échéance. La rédaction du brevet doit assurer que ce critère est respecté et que le produit devient ensuite facilement fabricable à plus bas coût.

En fin de cycle, le consommateur est plus que jamais bénéficiaire : il bénéficie de produits équivalents pour moins cher.

Le e respect des brevets est une garantie tant pour l’Economie que pour le Consommateur, que l’Innovation continue à se développer de façon favorable.

C’est ce type de situation qui a permis de mettre sur le marché des médicaments « génériques » moins chers, et tout aussi efficaces. Pour le bénéfice de tous.

En violant cette règle, le Groupe Nestlé met ici en péril un des piliers fondamentaux de l’innovation et du progrès.

En l’espèce, ici, un café supérieur emballé dans un matériau non polluant.

Il est donc normal, légitime et bénéfique, tant pour l’Economie que pour le Consommateur et l’Environnement que la violation de cette articulation majeure du progrès de la Société soit sanctionnée.

Il est également normal et légitime que lorsqu’un brevet a été illégalement enfreint, l’opérateur qui a investi pour le réaliser se voie dédommagé par celui qui l’a utilisé sans en avoir le droit. En l’occurrence ici, le Groupe Nestlé.

Au vu de l’importance du respect des brevets, plus largement appelé le respect de la Propriété Intellectuelle, pour le bon fonctionnement de l’Economie et de la Consommation, Ethical Coffee Company SA se doit de demander que le Groupe Nestlé cesse immédiatement cet usage illicite et doive payer les compensations nécessaires aux conséquences de cet usage illicite.

Sans l’application de ce principe, une Société avancée ne peut simplement pas fonctionner.

*****

Exception à la protection légitime des brevets
Il arrive que certains Groupes « abusent » du système de Brevets, notamment du système européen, le détournant, en quelque sorte, de son et objectif.

Ces« détournements du système » à l’encontre même du but pour lequel le système des brevets a été mis en place, peuvent créer deux effets pervers.

Le premier est une force de dissuasion « soft » : il s’agit de « dissuader d’emblée » toute société ou personne voulant innover dans le domaine concerné par la mise en place de « buissons de brevets ». . L’objectif est de décourager toute personne ou société susceptible d’innover sur le même secteur, tant l’analyse exhaustive r des brevets est longue et couteuse.

Les effets pervers sont alors particulièrement dommageables car il est démontré que la vraie innovation provient plus souvent d’individus ou de petites sociétés, que de grands Groupes établis.

L’autre effet pervers est plus violet et classique : une avalanche d’attaques juridiques susceptibles d’être entamées sur la base de ces « buissons de brevets ». Elles doivent permettre au Groupe possédant ces « buissons de brevets » d’ attaquer les éventuels compétiteurs sur le marché et de les noyerdans des procédures coûteuses et chonophages, reposant souvent sur des bases bien souvent fausses.

Le coût et le temps nécessaire pour contourner ces « buissons de brevets » a découragé un grand nombre d’innovations qui auraient pu jouer des rôles positifs dans la Société et dans l’Economie.

Dans le cas présent, le Groupe Nestlé a réellement mis en place une réelle stratégie de « buisson de brevets ». Elle consiste à« breveter à tous vents » sur tous les aspects d’un produit ou d’un système. Elle permet ensuite d’attaquer celui qu’on accuse à tort de « contrefacteur ».

Ne soyons pas dupes : le but ultime de cette stratégie est de conserver une position de monopole

Ethical Coffee Company a été accusée, à tort, par le Groupe Nestlé, de violer certains brevets propriété du même Groupe Nestlé.

Nous avons déployé d’énormes moyens humains et financiers pour démontrer la réalité de cette stratégie utilisée par le Groupe Nestlé.

Heureusement, nos efforts ont porté leurs fruits. A ce jour, plusieurs brevets de type « buissons » ont été annulés, ou révoqués, tant par l’Office Européen des Brevets que par la TGI de Paris.

Il s’agit des brevets suivants :

brevet EP 2 103 236 B1, portant sur le système d’extraction et la capsule pris conjointement 

brevet EP 2 181 629 B1 concernant l’extraction de la capsule dans le dispositif d’extraction 

La partie française du brevet EP 1 646 305 B1, portant sur le système d’extraction.

En bref, et pour terminer, le Groupe Nestlé s’est retrouvé quasiment dans la position de « l’arroseur arrosé ».

Ethical Coffee Company est heureuse que la Justice ait prévalu. Tant pour le bien de l’Economie, que pour le libre choix des consommateurs.

Par contre, Ethical Coffee Company déplore fortement le fait que parce qu’elle a été capable de mettre sur le marché une capsule en matériau biodégradable (considérée comme une impossibilité technique au sein du Groupe Nestlé), et de plus, d’une qualité égale à supérieure au produit Nespresso (ceci est confirmé par des tests officiels), une telle bataille, quasiment une guerre, ait été livrée par le Groupe Nestlé.

Comme dit plus haut, il est par contre des plus réjouissants de voir que, en fin de compte, même tard, la vérité et la justice prévalent.

A propos d’Ethical Coffee Company
Fondé par Jean-Paul Gaillard, ex-CEO de Nespresso, Ethical Coffee Company développe et commercialise depuis 2010 en France, puis en 2011, progressivement dans toute l’Europe, des capsules de cafés biodégradables brevetées et compatibles avec les machines Nespresso. Ses capsules innovantes par leur conditionnement se révèlent de qualité supérieure ou égale à la concurrence.

Ethical Coffee Company s’est entouré d’actionnaires privés et institutionnels du plus haut niveau européen avec, entre autres : 21 Centrale Partners, holding Famille Benetton, Sté Financière St-Honoré, Unigrains, Arthur World Finance (AWF) et l’un des plus grand fonds d’investissement suédois.

Pour plus d’informations :
www.ethicalcoffeecompany.com
www.facebook.com/EthicalCoffeeCompany

A propos de Jean-Paul Gaillard
Ex-CEO de Nespresso de 1988 à 1997, Jean-Paul Gaillard a poursuivi son expérience professionnelle en supervisant la restructuration de la division alimentation de Mövenpick, ainsi que l’acquisition de Ben & Jerry’s. Le glacier Mövenpick a, par la suite, été racheté par Nestlé. La vente d’Ebel (LVMH) au groupe Movado (NYSE) est, elle aussi, à mentionner à son actif. En 2008, Jean-Paul Gaillard fonde Ethical Coffee Company.

Pour tous renseignements complémentaires, vous pouvez contacter :

Jean-Paul Gaillard
Président
Ethical Coffee Company SA
Tel: + 41 21 947 05 10
Email: jpgaillard@ethicalcoffee-co.com

Posted in Non class | Leave a comment

Entrave à la concurrence : l’histoire ré-écrite par Nestlé / Nespresso

Le contexte :
Le 4 septembre 2014, l’Autorité de la concurrence de la République française obtenait de Nespresso qu’elle lève les obstacles à l’entrée et au développement des fabricants de capsules concurrents. Bien évidemment, Ethical Coffee Company à l’origine d’une des plaintes, ne pouvait que s’en réjouir. Les différentes manœuvres visant à empêcher la concurrence dans le domaine des capsules compatibles Nespresso ayant été mises en place depuis fin 2010, elles ont impacté nos résultats après notre entrée, avec grand succès, sur le marché en mai 2010. Les engagements définitifs pris par Nespresso – les premiers dans le monde – sont le résultat d’une procédure commencée en 2011. Ils visent à rétablir les conditions d’une compétition équitable.

L’opération « ré-écriture de l’histoire » de Nestlé SA
Pour tous ceux qui s’intéressent à la liberté de consommer et à la liberté tout court, il est intéressant de disséquer comment Nestlé informe / ou plutôt« désinforme » à la fois les Analystes financiers et ses Actionnaires sur ce sujet.

La « Nestlé Nine-Month Sales Conference 2014 » tenue le jeudi 16 octobre 2014 a ainsi donné lieu à une opération de « désinformation » d’anthologie.*

On y a vu comment Nestlé/Nespresso tentent de « récupérer » une situation désespérée par une information aux Analystes et à ses Actionnaires, pour le moins « tronquée », voire à la limite du « trompeur ».

La Nestlé Nine months sales conference 2014
D’abord, force est de constater que le casting de cette réunion était étoffé, tant du côté Nestlé SA : Paul Bulcke, Chief Executive Officer, Nestlé S.A. Wan Ling Martello, Chief Financial Officer, Nestlé S.A. Robin Tickle, Head of Corporate Media Relations, Nestlé S.A. Chris Johnson, Head of Nestlé Business Excellence, Nestlé S.A. Nandu Nadkishore, Head of Zone AOA, Nestlé S.A. Laurent Freixe, Head of Zone Americas, Nestlé S.A. Patrice Bula, Head of SBU, Marketing and Sales, Nestlé S.A.

Qui parmi les Analystes financiers :
Jon Cox, Kepler Capital Markets, Alain Oberhuber, MainFirst Schweiz AG,Alex Molloy, Credit Suisse, Jeremy Fialko, Redburn,Warren Ackerman, Société Générale,Céline Pannuti, JP Morgan,Patrick Schwendimann, Zurich Kantonal Bank, Rachel Richterich, SDA Swiss News AgencyJohn Revill, Wall Street Journal,Ueli Hoch, AWP
La crème de la crème…

*****
Concentrons-nous sur la question de M. Warren Ackerman, de la Société Générale. Sa question est importante et la réponse aussi.…
Vous trouverez ci-dessous le verbatim de ces échanges. Les discussions liées à la situation en Chine ont été omises ici pour faciliter la bonne compréhension.
*****

Questions on: Competitive environment in Coffee – Detail on specific categories in China

Warren Ackerman, Société Générale:
Can you talk a little bit about the competitive environment in Coffee, both in Soluble Coffee and Nespresso? We are seeing some really low prices out there for Nespresso-compatible capsules from some of the European discounters. And Paul, I would appreciate your thoughts on the French Competition Authority’s ruling with regards to Nespresso and what it means for your intellectual property and your R&D that you put into Nespresso, and generally about the coffee environment. That’s the first question.

Paul Bulcke:
Warren, thank you for your questions. I hope you ask these questions with a Nespresso in front of you! Competitive environment, we have always said there’s a lot of noise, a lot of writing in the press about things linked with Nespresso, but at the end of the day the battle is the best cup of coffee and that is what we are really focusing on with quite a lot of initiatives. Maybe you, Patrice – who is leading that business – your comments on this and also the French Competition Authority and the relativity of these things; although they make a lot of noise, so much more of your attention is driving the business.

Patrice Bula, Nestlé S.A., Head SBUs, Marketing and Sales:
Thank you for your question. Just to frame what is happening: Coffee has become an extraordinary category over the last ten years. Premiumisation growth moved it from being a commoditised category to one of the more premiumised, interesting categories in the food industry and this has been led, to a very large extent, by Nestlé through our Nescafé brand and over the last ten to 15 years through Nespresso. So, not surprisingly a lot of companies are looking at how to get a share of this high growth and important margin in it. We have led that and we will want continue to lead it and you have seen our results there.

So let me talk about the two parts, maybe first Nescafé where we are by far a very big leader on Soluble Coffee worldwide. Where we are doing continuous efforts, launching new product, achieving growth and about 18 months ago launched a big initiative called the REDvolution where we are restaging our product, re-modernising all we do and launching a worldwide campaign under the slogan, ‘It all starts with Nescafé.’ We have implemented this in about 70% of our markets today with a lot of success, and we believe that we are leading and will continue to show the trend and to convince the consumer worldwide and very importantly also in emerging markets that we do an extremely great cup of coffee. This is what we do in Soluble Coffee with a significant R&D effort behind and really also insoluble coffee, which is less talked about, very, very nice growth world-wide.

Then we have the big battle that has come on what we call, single-capsule coffee, where Nespresso has been leading but also Nescafé Dolce Gusto. You have seen results in Europe there but it is also worldwide where we have on the one hand with Nespresso achieving what we call the affordable luxury cup of coffee, and with Nescafé Dolce Gusto with a different distribution system addressing a more everyday premium coffee very, very successfully. You have seen results at the heart of Europe; with very difficult economic conditions we are achieving massive, massive double-digit growth. So we think we are in a very good position.

Now, as I said, this has attracted a lot of competition. Today Nespresso has 185 competitors, and of course this is stimulating us to do new things; new machines, new Grand Cru coffee and a new system which we launched in the US to tackle the huge opportunity with longer-cup. We think we are well-placed and will continue to work at it, and the results show that there is a possibility for us, in spite of competition, to continue to grow.

More specifically on the French antitrust, I would like to remind you that this is a decision that we made to find remedial action to get out of a situation where we had a bit of a limbo of having very few – and I repeat this because sometime the feeling is that it is part of a Nestlé Nine-Month Sales Conference 2014 Thursday, 16th October 2014

Strategy to have some legal action – but very few out of these 185 competitors, we have a handful of competitors which we have felt they are clearly infringing our intellectual property. So we have taken action there and we have lost on some, and this has triggered for us a new situation.

On the antitrust situation, some of our competitors – two competitors – felt that we were having action that was not for an open market. We have decided proactively to enter into negotiation with the antitrust authorities to allow us – which was very important – to go back to innovate, because as long as were in this situation it was very difficult for us to move on. We have found a common ground and we are satisfied with what we have done. I believe our competitors are satisfied. So we are moving on now and we are able again to innovate, to do the changes that we do all the time to improve our machines, to improve our coffee and go on and continue to win consumers day after day with new cups of coffee.

Paul Bulcke:
Thank you Patrice. It is clear that we are investing heavily in innovation and in new ways of doing things, also in Nespresso. It is logical that whenever we feel our intellectual property is somewhere challenged, we have to react. Now, the battle, as I said, is for the best cup of coffee and the best relationship with consumers, and definitely one of the reasons why we disengaged from keeping a battle going is exactly that: to keep our attention in the right place and not being dragged into something we do not want to be in.

*****

L’histoire revisitée par Nestlé/Nespresso

Voyons ensemble l’articulation de la démonstration de Nestlé / Nespresso. Dans son rôle de EVP de chez Nestlé SA, bien entendu, M. Bula dresse un tableau magnifique et enthousiasmant de la situation. Tactique normale dans ce genre de situation. « Noyer un poisson » est une façon connue de tenter de « noyer un sujet ».

Ensuite, il se permet tout simplement de ré-écrire l’histoire en déclarant :

« More specifically on the French antitrust, I would like to remind you that this is a decision that we made to find remedial action to get out of a situation where we had a bit of a limbo of having very few – and I repeat this because sometime the feeling is that it is part of a Nestlé Nine-Month Sales Conference 2014 Thursday, 16th October 2014 strategy to have some legal action – but very few out of these 185 competitors, we have a handful of competitors which we have felt they are clearly infringing our intellectual property. So we have taken action there and we have lost on some, and this has triggered for us a new situation.

On the antitrust situation, some of our competitors – two competitors – felt that we were having action that was not for an open market. We have decided proactively to enter into negotiation with the antitrust authorities to allow us – which was very important – to go back to innovate, because as long as were in this situation it was very difficult for us to move on. We have found a common ground and we are satisfied with what we have done. I believe our competitors are satisfied. So we are moving on now and we are able again to innovate, to do the changes that we do all the time to improve our machines, to improve our coffee and go on and continue to win consumers day after day with new cups of coffee.“

*****

En bref, il veut faire croire aux analystes et aux actionnaires que Nestlé et Nespresso auraient été proactifs : ils seraient allés, de leur propre chef, rencontrer l’Autorité De La Concurrence afin de rétablir une saine concurrence sur le marché. On peut se demander si il prend les analystes pour des naïfs, voir des simples d’esprit !

La réalité
Les faits dévoilent une autre réalité : Ethical Coffee Company a dû saisir l’Autorité De La Concurrence en mars 2011 afin qu’elle intervienne face à des manœuvres « d’éviction de concurrence d’une société (Nestlé) depuis une position dominante ».

Ces manœuvres tombent clairement dans l’illégalité, tant au plan de la Loi, que des Traités de Rome et de Maastricht.

C’est donc contraint et forcés que Nestlé et Nespresso ont dû conclure un accord, sous l’égide de l’Autorité De La Concurrence, et non pas du tout d’une façon proactive.

Le risque de dommages collatéraux
Ils auraient été considérables pour le groupe Nestlé. Les sanctions pour Nestlé SA pouvant se monter à Euro 8,5 milliards.

Si une telle sanction avait été appliquée, tant les Analystes que les Actionnaires de Nestlé auraient été plutôt désagréablement surpris.

Les marchés financiers auraient lourdement sanctionné le Titre Nestlé SA (nominatif) qui aurait plongé d’un pourcentage que nous estimons à plus de 50%.

Sur le long terme, les risques pris par le Management de Nestlé SA auraient gravement terni la réputation de Nestlé SA. Ce sont toutes les Pratiques, la Déontologie et la Gouvernance du Groupe Nestlé qui auraient été remises en question.

C’est d’ailleurs bien pour cette raison que Nestlé a dû transiger sous pression de l’Autorité De La Concurrence.

La réalité est plus simple… et paradoxale
J’ai personnellement participé à une séance assez « épique » qui a clôturé le débat et qui s’est déroulée le 24 juillet 2014 dans les locaux mêmes de l’Autorité De La Concurrence à Paris.
Je peux témoigner qu’après s’être « débattus » comme des poissons dans un filet, les Représentants de Nestlé SA ont été contraints et forcés de signer un grand nombre d’engagements dont l’unique but était de mettre fin à des pratiques Anticoncurrentielles.

Ceci est un fait. Il est réel, prouvable. Il suffit d’aller sur le site internet de l’Autorité De La Concurrence pour constater que ce qui est dit ici est rigoureusement exact (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/avisdec.php?numero=14D09. )

Il est d’ailleurs piquant de remarquer que certaines entraves mises en place par Nestlé et Nespresso vont même jusqu’à gêner le fonctionnement des capsules Nespresso elles-mêmes… et ceci, dans les machines Nespresso.

On conviendra qu’ici, Nestlé « pousse le bouchon un peu loin », jusqu’à même risquer de gêner ses propres consommateurs.
Je me pose donc la question de savoir quelle est la dose de raison, comparée à la dose « d’émotion » dans toute cette affaire.
Quoi qu’il en soit, Nestlé SA, forcés par l’Autorité De La Concurrence, après avoir saisie par Ethical Coffee Company en 2011 (et par Sara Lee la même année) a dû signer des engagements très contraignants.

Pour conclure, Paul Bulcke a servi un classique « on continue à innover » afin de rassurer tout le monde. Circuler, il n’y a rien à voir…

Notre lecture des faits
Ethical Coffee Company (tout comme l’ADLC par ailleurs) dénonce les entraves à la libre Concurrence, comme extrêmement néfastes pour l’économie et pour les consommateurs.

Manifestement, Nestlé voudrait le voir différemment. Cela me rappelle le comportement de certaines multinationales de l’industrie pharmaceutique, secteur auquel Nestlé est fortement lié. Leur communication sur les études cliniques relève parfois des mêmes procédés : peu importe les faits, on a toujours proactivement quelques résultats positifs à présenter aux analystes financiers et actionnaires. Quitte à tordre la réalité, pour générer des ventes. Les patients passent alors au 2nd plan…

Le « vent de l’Histoire » a toujours montré que ce type d’attitude finissait presque toujours en catastrophe.

Comme le disait un journaliste dans l’AGEFI (édition Suisse), Nestlé ferait mieux de se concentrer à se battre dans les rayons et en innovation, que de multiplier des démarches judiciaires inutiles et contre- productives. C’est du perdant- perdant i tant pour l’Actionnaire que pour le Consommateur.

Je suis convaincu que les Actionnaires et Analystes présents lors de cette conférence, partagent l’idée que la priorité de Nestlé devrait vraiment être le marché plutôt que des batailles d’arrière-garde « perdues d’avance », chronophages et couteuses.
Ces ressources et ce temps seraient bien plus profitables pour les Actionnaires de Nestlé SA s’ils étaient dédiés au Développement et à l’Innovation.

Les chiffres Globaux présentés par Nestlé SA ce jour-là semblent confirmer cette approche..

Nestlé SA a un très gros travail à faire afin de retrouver des chiffres encourageants et un cours de Bourse satisfaisant.

Dans tous les cas, Ethical Coffee Company reste dédiée et focalisée sur sa mission première qui est de faire le meilleur espresso du marché et, en même temps, respecter l’Environnement. Nous considérons que l’innovation est de développer et fabriquer des produits de meilleure qualité, neutres pour l’Environnement, disponibles plus facilement et moins chers pour le consommateur.

Cette focalisation sur un objectif clair mérite d’être relevée… voire d’être imitée…

Merci à tous les Consommateurs qui achètent nos produits tous les jours. C’est un achat intelligent et responsable vis-à-vis de l’Environnement.

Bien à vous,
Jean-Paul Gaillard

Ethical Coffee Company SA

*Tant la conférence, en Podcast, que le transcrit, sont disponibles sur le site www.nestle.com .

Posted in Non class | Leave a comment

Le « vrai » espresso à l’italienne

Le temps passant, beaucoup se sont habitués à boire des espresso tirés très long.
Avant l’été, un retour aux sources semble bien indiqué, surtout pour ceux qui iront en Italie en vacances.
En faisant un retour à la fois aux sources et aux racines de l’espresso, on « re-découvre » que l’espresso est un délice, dont à la fois l’onctuosité, la complexité agréable des goûts et le plaisir de la vraie dégustation ne peuvent se faire qu’en petite tasse.
Ethical Coffee Company a décidé de porter encore plus d’attention sur la vraie façon de déguster un espresso… comme en Italie.
Nous avons travaillé nos mélanges, nos artisans s’y sont mis avec ardeur mais également tout le plaisir possible.

Pour un véritable espresso

La prochaine fois que vous dégusterez l’espresso d’une de nos capsules, faites surtout très attention à déguster votre espresso en petite tasse, remplie idéalement aux 2/3, on peut aller jusqu’aux 3/4 de petite tasse si l’on préfère.
En effet, et c’est la beauté du café en capsule, la conception de ce type d’espresso a été, à la base, exclusivement dédiée au vrai espresso à l’italienne.
Par la suite, marketing oblige, les « Lungos » sont apparus.
Si vous allez en Italie, et que vous dites à un Barista professionnel que l’on peut faire un Lungo avec seulement un peu plus de 5 grammes de café, il vous regardera, très certainement, d’un air songeur…
En effet, il faut savoir que le « Lungo » est une façon « d’abâtardir » ce qui a été créé pour être dégusté en petite tasse.
On a tendance à l’oublier, réessayez… vous serez agréablement surpris, ou agréablement surprise, par cette redécouverte.

Pour obtenir un café long

Si vous tenez absolument à prendre une longue tasse, le matin par exemple, faites tout simplement comme les Italiens.
Utilisez une ou deux capsules de votre variété préférée, tirez-la en « mode court »… et rallongez jusqu’à la quantité souhaitée, simplement en faisant couler l’eau claire de votre machine. C’est comme cela que les Italiens font.
La raison en est toute simple. Une fois la quantité d’environ l’équivalent d’une petite tasse, passée à travers votre capsule, ce qui sort ensuite n’est qu’un « lavage » du café déjà extrait.
Ce « lavage » contient énormément de cellulose, il ne contient plus d’arôme. L’eau claire, et chaude bien sûr, venant directement de votre machine, elle, de son côté, est totalement propre.
Vous pouvez vous livrer à une expérience à la fois amusante et édifiante. Mettez une capsule dans votre machine, prenez en main deux petites tasses, et lancez un café « long ».
Lors de l’écoulement, avec la tasse tenue par votre main gauche, laissez le café couler jusqu’à environ 2/3 de la hauteur de la tasse, passez immédiatement l’autre tasse sous le café qui continue à couler, et laissez faire jusqu’à également 2/3 de la hauteur de la tasse.
Prenez ensuite le temps de déguster ce qu’il y a dans la tasse qui était tenue par votre main gauche, ensuite passez à la tasse qui était tenue par votre main droite.
Edifiant, vous le verrez.
Cette petite expérience permet de se rendre compte que dans les faits, les vrais arômes, l’onctuosité… en bref, toutes les « bonnes choses » du café arrivent dans votre tasse entre le tout début de l’extraction et la tasse remplie aux 3/4, au maximum.
Pour faire court, sans jeu de mots… pas très fin je vous l’accorde… :-), la vraie et la meilleure façon de déguster un vrai espresso est de le prendre en tasse courte.
C’est d’ailleurs certainement pour cette raison que vous avez décidé d’acheter une machine utilisant des capsules de café.
En vous souhaitant un très bon été.
Jean-Paul Gaillard
Posted in A ne pas manquer, Caf | Tagged , | Leave a comment

Nespresso “Pixie”, votre meilleure amie / Nespresso “U”, votre pire ennemie

Comme indiqué sur plusieurs billets du présent blog, « nos amis » de Nespresso n’ont pas hésité à « bidouiller » leurs machines afin d’y introduire des pièges aussi divers que variés.
L’imagination ne semble pas faire défaut dans ce registre.
Pourtant, Nespresso et Nestlé devraient savoir que le consommateur demande avant tout un bon espresso, à boire « court » (en petite tasse), et, s’il peut protéger la planète en plus de faire un achat simple, il s’en trouve d’autant plus satisfait.
Tout ceci ne semble pas vraiment plaire à Sa Majesté Nestlé/Nespresso. Diable, qui ose offrir au consommateur des capsules supérieures, moins chères et faciles à acheter… ?
Si en plus, elles protègent la planète, c’est un vrai sacrilège. Tout comme Alice se promenant au Pays des Merveilles, Nestlé et Nespresso, tels la Reine du fameux conte, ne sauraient supporter cela.
« Qu’on leur coupe la tête… ! », dit-on avec ferveur et conviction. L’Inquisition Espagnole était une plaisanterie à côté…
En bref, la Reine, ma foi fort peu contente que ces infâmes « lèseurs de Majesté » aient osé déjouer les pièges sulfureux des machines Pixie et des autres machines… Un vrai crime de la part de Ethical Coffee Company…, alors la Reine ordonna à ses grands Chambellans de faire fabriquer la machine Nespresso dite “U”.
Krups et Magimix, de loyaux Serviteurs, s’y mirent tout de suite.
Un soir d’orage à minuit tapante, les Krups et Magimix “U” virent le jour… oups… , virent plutôt… la nuit…
Dès le lendemain matin, ces belles, Krups “U” et Magimix “U”, furent « marketées » avec la force du Grand Méchant Vent.
Partout on les trouvait, à l’attaque du marché et fidèles à l’accomplissement de leur Mission… la Vengeance de la Reine… Lèse-Majesté ne pardonne pas.
Plus sérieusement, nous ne pouvons pas vous déconseiller d’acheter une machine “U”. Cependant, en se mettant à la place du consommateur, la machine dite « PIXIE », semble une bien meilleure affaire.
Construction solide, pas de soucis électroniques… en bref, une très bonne machine, en métal, et bien fabriquée.
Concernant le modèle “U”, il suffit de regarder sur, par exemple, www.leboncoin.fr, pour voir le nombre de machines “U”, en revente, ceci, à peine utilisées.
Du plastique partout, et une électronique pour « geeks », dont le pouvoir d’aller « sous le DOS » est reconnu et fait leur fierté.
En conclusion, si vous cherchez une machine simple, solide, efficace, vous saurez comment la choisir.
Amitiés,
Jean-Paul Gaillard
Posted in Concurrence | Tagged , , | 4 Comments

Ethical Coffee Company est pris en otage par Nestlé en Suisse

Cela fait 500 jours qu’Ethical Coffee Company s’est vue interdire le droit de commercialiser ses capsules en Suisse. Cela représente une durée record pour les mesures provisoires censées, par définition, être limitées dans le temps…
Veuillez consulter le communiqué de presse à ce sujet, disponible sur le site officiel d’Ethical Coffee Company (PDF).
Posted in Concurrence | 2 Comments

Les capsules d’Ethical Coffee Company en France : toujours plus largement disponibles et totalement compatibles…

Une large présence sur le territoire français

Nous sommes très fiers de vous annoncer que les capsules ESPRESSO Ethical Coffee Company sont désormais distribuées en France dans tous les réseaux du Groupe Casino, soit : Casino, Franprix, Leader Price, Monoprix, Vival, Sherpa, Spar, C-Discount.
Il en va de même pour le Groupe Auchan, avec les hypermarchés Auchan, ainsi que les enseignes Atac et Simply.
Pour le Groupe Carrefour, nous sommes présents dans les hypermarchés, ainsi que dans les enseignes « Carrefour Market ».
Vous nous trouverez aussi chez Système U, soit Hyper U, Super U et Marché U.
Nous sommes également présents dans la majorité des magasins indépendants : Coccinelle, Cocci-Market, G-20, Diagonal, Sitis…
Nous  nous réjouissons de ces développements importants qui sont le fruit de partenariats de haute qualité.
Ceci vous permet très certainement de disposer d’un point de vente à quelques pas ou centaines de mètres de chez vous.

Quoi de neuf sur la compatibilité ?

Des confusions sont « un peu entretenues… » pour désinformer les consommateurs. Nous tenons donc à rappeler que les capsules Ethical Coffee Company sont compatibles avec toutes les machines Nespresso grand public.
Nous évoquions dans ce blog la « prison » que représente la machine Pixie (http://www.jpgaillard.com/concurrence/les-details-techniques-de-la-«-prison-pixie-»-de-nespresso-groupe-nestle). Conçue pour nous éliminer du marché, ce piège anti-concurrentiel a été déjoué, pour la plus grande satisfaction des amateurs d’espresso.
Les seules exceptions sont les machines « encastrées » dans des portes de réfrigérateurs par exemple, et le modèle Siemens « Romeo ». Néanmoins, le parc installé de ces machines est quasiment inexistant.
Nous vous remercions également de votre fidélité sans cesse renouvelée. N’hésitez pas à nous faire part de vos attentes autour de nos produits.

Posted in A ne pas manquer | Tagged , | 8 Comments

La liberté de choix du consommateur : 1 – Monopole de Nestlé/Nespresso* : 0. Ce que nous apprend la bataille perdue par Nestlé en Allemagne

Les dernières manœuvres juridiques (et autres) de Nestlé / Nespresso* pour restreindre la liberté des consommateurs méritent qu’on s’y arrête.
Elles illustrent à merveille jusqu’où une société, qui par ailleurs se donne une image douce et “mielleuse”, est prête à aller dans le mépris des consommateurs.

L’historique

En mai 2012, Nestlé a entamé une procédure visant à faire interdire la vente de nos capsules en Allemagne. Pour atteindre cet objectif Nestlé a saisi le Tribunal de Düsseldorf, afin d’obtenir une décision provisoire d’interdiction de la commercialisation. Dans un premier temps, le Tribunal de Düsseldorf a refusé d’interdire la vente de nos capsules en Allemagne sur la base de cette demande « en référé /mesures super provisionnelles » de Nestlé. Une audience entre les Parties a eu lieu le 24 juillet 2012. Le 16 août 2012, le Tribunal de Düsseldorf a confirmé le rejet de la demande de Nestlé.

Que pouvons-nous retenir ?

Nestlé n’a pas choisi de défendre le consommateur mais son monopole financier. Chacun jugera…
L’argumentation de Nestlé se basait sur le « buisson de brevets » que Nestlé a constitué, et continue de bâtir, autour de son système. La finalité de cette guérilla est de maintenir une situation de monopole.
Or, cette stratégie délibérée est contraire à l’esprit de la réglementation sur les brevets, telle que l’Organisation Mondiale du Commerce – OMC (www.wto.org) la conçoit par exemple. Pour l’OMC, certes il faut protéger les résultats des investissements réalisés dans la mise au point de technologies nouvelles. Pour une durée limitée, cependant, afin de ne pas perpétuer les privilèges façon « Ancien Régime », mais au contraire d’encourager les activités de recherche-développement (http://www.paristechreview.com/2011/09/23/brevets-freinent-innovation/).
Il faut donc tenir compte du progrès commun, et non pas seulement viser comme seul résultat la conservation de monopoles se perpétuant au préjudice du consommateur. Cette décision est donc une victoire tant pour le consommateur que pour notre société en général.

Pourquoi Nestlé s’acharne contre Ethical Coffee Company

Nestlé / Nespresso fait face à de nombreux concurrents sur le marché des capsules…. Alors pourquoi un tel acharnement ? Ce n’est pas la taille d’Ethical Coffee Company qui les menace, mais la qualité de nos produits…Seules les capsules que nous fabriquons remportent les tests de goût « officiels » contre Nespresso.
Nous pensons qu’il est déplorable que la plus grande société alimentaire mondiale se livre à tous les combats juridiques possibles, même ceux basés sur des arguments dont la légalité et légitimité sont largement douteuses.
Il est tout aussi déplorable de voir cette même société Nestlé se livrer à des manœuvres anti-concurrentielles. Celles-ci tombent sous le coup des lois sur la concurrence, tant au plan des lois Européennes que des lois nationales. L’avenir prouvera sans doute que certaines manœuvres relèvent du droit pénal.

Un choix qui porte préjudice au consommateur en période de crise

Il eut été tellement plus logique et « fair play » que Nestlé se batte « dans les rayons »… En période de crise économique qui touche des millions de consommateurs en Europe, Nestlé pourrait proposer des produits innovants, ou même des baisses de prix. Nestlé a choisi les Tribunaux, avec tous les coûts que cela implique.

Et Ethical Coffee Company là-dedans…

Chez Ethical Coffee Company, nous continuons bien sûr de défendre nos intérêts sur le plan juridique. Mais à travers cette lutte, nous défendons la cause du consommateur et de sa liberté de choix. Nous sommes persuadés, notamment grâce à votre soutien chaque fois que vous achetez nos produits, que l’achat « intelligent et responsable » prévaudra.
* Marques appartenant à des tiers n’ayant aucun lien avec Ethical Coffee Company

Posted in Concurrence | Tagged , , | 6 Comments

Après un lancement en partenariat étroit avec les enseignes du groupe CASINO, la capsule de café biodégradable Espresso de Ethical Coffee Company étend son réseau de distribution avec AUCHAN

Je vous invite à prendre connaissance du communiqué de presse d’Ethical Coffee Company du 17 avril 2012, annonçant l’extension du réseau de distribution des capsules Espresso Ethical Coffee Company en France, chez Auchan.
Pour consulter le communiqué de presse, veuillez cliquer sur ce lien (fichier PDF).
Posted in Caf, Développement Durable | Tagged , , | 19 Comments

Ethical Coffee Company lance deux variétés biologiques en collaboration avec Max Havelaar

En Novembre 2011, nous abordions déjà dans ce blog le sujet des labels ou appellations dits « Barbie ». Il s’agissait de dénoncer la multitude de « labels de complaisance » qui, dans la réalité, représentent davantage un effort marketing de « greenwashing » de l’industrie du café qu’un réel plan efficace pour améliorer le niveau de vie des planteurs de café.

Ces certifications de complaisance, comme par exemple Nespresso AAA Sustainable Quality™* ou Ecolaboration™* sont dénoncées par de nombreux experts tels que Luke Zonneveld. Ceux-ci dénoncent des pratiques « honteuses » de la part d’une industrie dont la logique économique consiste simplement à payer les matières premières le moins cher possible.
C’est donc pour répondre aux aspirations d’un consommateur toujours plus sensible à la notion de Commerce Équitable que les multinationales du café ont savamment imaginé de subtils labels de complaisance. Ils en font bien entendu un battage marketing maximum en dépensant des sommes vertigineuses en publicité.
Dans ce même billet, nous citions Max Havelaar* comme étant une des rares références absolument légitime en matière de commerce équitable.

Nos deux nouvelles variétés biologiques et fournies par Max Havelaar

Vous pourrez trouver très prochainement dans les rayons deux nouvelles variétés de café en capsules Ethical Coffee Company, développées en collaboration avec Max Havelaar.
INCA SOAVE : nous avons développé une variété caractérisée par des notes délicatement fruitées et très légèrement corsées. A déguster de préférence en petite tasse, l’Inca Soave conserve la  « finesse en bouche » caractéristique de nos produits. Ce café Pur Arabica est cultivé sur les contreforts du Pérou, en conservant une technique ancestrale datant des années 1700. La culture y est entièrement biologique.
LUNGO : Elle se caractérise par un léger bouquet fruité, une pointe d’acidité et un équilibre souligné par de subtiles notes au goût de noisette. Cette variété peut être dégustée en petite ou en grande tasse. Sa saveur s’exprime pleinement entre 60 et 80 ml, soit dans une petite tasse bien remplie ou dans une grande tasse remplie aux deux tiers. Sa texture extrêmement soyeuse et sa délicatesse plairont très certainement au palais appréciant les goûts fins et subtils.
Nous sommes persuadés que ces deux nouvelles variétés INCA SOAVE et LUNGO développées avec Max Havelaar ne vous décevront pas. Votre avis nous est précieux. Laissez vos impressions sur ce blog après dégustation.

Max Havelaar

En choisissant nos capsules biodégradables, contenant les mélanges de café issus de l’agriculture biologique et certifiés Fairtrade par Max Havelaar, vous contribuez à un Commerce vraiment Équitable. Ce geste favorise les producteurs des pays en voie de développement, en leur permettant de vivre décemment de leur travail, d’investir dans leurs entreprises et dans les collectivités. C’est cela le vrai développement durable efficace.
Mais la qualité de l’espresso est aussi au rendez-vous.
Nous vous apportons aussi des espresso de la plus haute qualité dans l’authentique tradition italienne pour un prix clairement moins cher que celui de la majorité de nos concurrents.
En effet, pour que le « développement durable » soit « durable », il est nécessaire que le consommateur ait envie de continuer à consommer le produit concerné, jour après jour, en raison de ses qualités gustatives et de son prix compétitif.
Agriculture biologique, certification Max Havelaar, qualités gustatives de l’authentique espresso italien, prix compétitif, disponibilité près de chez vous…
Lorsque vous aurez essayé la gamme des espresso Ethical Coffee Company, nous pensons que vous ne reviendrez pas à autre chose.

Le double engagement d’Ethical Coffee Company

1) la protection de l’environnement

Notre capsule à base de fibres végétales est 100% bio-compostable. Son impact écologique est clairement le plus bas que l’on puisse trouver dans le domaine.
Le compostage est simple et le compost obtenu est de la plus haute qualité. En bref, c’est la solution d’avenir pour tous les domaines de l’emballage. Nous espérons être largement imités. Les collectivités développent en ce moment de façon efficace et rapide ce qui est appelé « la filière verte ». Son objectif est de minimiser voire d’éliminer l’impact sur l’environnement des emballages en général.

2) la qualité de nos cafés

Nous privilégions les cafés de haute qualité, qui, par leur prix, rapportent plus aux pays producteurs.
Nous avons ici fait un pas de plus, en collaboration avec Max Havelaar, dans notre démarche de recherche d’une consommation à la fois non-polluante et la plus équitable possible. Ceci est une quête permanente pour notre entreprise et nous ne nous arrêterons pas là. Nous vous tiendrons informés des prochaines avancées dans ce domaine.
Pour conclure, Ethical Coffee Company se veut un acteur majeur et innovateur de l’économie moderne, qui est celle du futur.
Notre démarche est sans compromis tant sur la qualité du produit que sur la promesse d’offrir le meilleur prix.
Par  ces engagements, nous participons, à notre niveau, à un développement harmonieux de l’économie et de la société, préparant ainsi un meilleur futur pour les générations à venir.
Merci de votre confiance.
Jean-Paul Gaillard
* Marques appartenant à des tiers n’ayant aucun lien avec Ethical Coffee Company SA
Posted in Caf, Développement Durable | Tagged , , , , | 4 Comments